L’Ensemble Vocal Français a été fondé en 1992 sous l’impulsion de G. Martin-Bouyer.

Dès sa naissance, l’EVF a reçu l’appui enthousiaste de la grande cantatrice Irène JOACHIM, c’est elle qui prépare et préside le concours de recrutement du 17 décembre 1992. Elle participe au choix du répertoire et prête une grande attention au travail de répétition, assiste aux premiers concerts.

L’Ensemble Vocal Français a bénéficié des encouragements amicaux de Michel PHILIPPOT compositeur, Paul MEFANO compositeur, Odette GARTENLAUB compositeur et pianiste, Frédéric ROBERT musicologue (photo), Jean ROY musicologue.

L'Ensemble Vocal Français bénéficie des soutiens de la ville de Fontenay-sous-Bois et du département du Val-de-Marne 
  

 
 
 
 
Les 12 chanteurs professionnels qui composent l'Ensemble Vocal Français ont été sélectionnés sur audition, non seulement pour leurs aptitudes vocales et leurs connaissances musicales, mais aussi pour leur désir de mettre en commun leurs talents de solistes. Loin d'être fortuit, le chiffre 12 (3 chanteurs par pupitre) est le fruit d'un choix mûrement considéré. En effet, ce "format" présente l'avantage de préserver l'intimité et la cohésion propres au quatuor, tout en assurant la puissance d'un vrai choeur. En outre, une formation de cette taille offre des garanties de flexibilité et de mobilité, qualités qui font souvent défaut aux structures plus lourdes.
  

 

 
En 1991, Irène Joachim est sollicitée pour imaginer la création d’un nouvel ensemble vocal, d’en établir la structure, d’en préciser l’objectif et, si elle est d’accord,   de préparer le programme du concours de recrutement en assumant la présidence de ce concours.
   Irène prend son rôle très au sérieux, construit le programme, fait les démarches nécessaires auprès du Ministère de la Culture, signe les papiers administratifs etc…puis prête une grande attention au travail des répétitions où elle est souvent venue assister, en étant présente aussi aux premiers concerts.
    Irène est heureuse… Elle se sent alors tellement dans son domaine qu’elle a pris l’habitude de parler de ces jeunes choristes en disant « mes petits ».

(extrait de « Les Joachim » par Brigitte Massin, Ed. Fayard)
 

 
 

Gilbert Martin-Bouyer

 

Gilbert Martin-Bouyer a poursuivi une double carrière de médecin (Directeur de recherche et expert international) et de chef de chœur. Il a créé et dirigé diverses formations en Touraine et à Paris (Chorale populaire de Paris). Les formations qu’il a dirigées ont été plusieurs fois premières dans des concours internationaux de chant choral (Paris, Budapest, Bucarest et Varsovie). Parmi les œuvres enregistrées pour la première fois, citons la prestigieuse Symphonie funèbre et triomphale de Berlioz. Il a été secrétaire de la Fédération Musicale Populaire de 1952 à 1962, où se sont impliquées de nombreuses personnalités de la musique et du chant choral.

Il a été l’organisateur de divers concours internationaux où se sont distinguées les formations de Stéphane Caillat, Jacques Grimbert, Abbé de Bazelaire et Raphaêl Passaquet. En 1956, il a animé les premières olympiades internationales de Chant choral à Paris où douze pays ont été représentés. Il a enregistré plusieurs disques aux éditions Erato et Chant du Monde.